Rechercher
  • Anthony Assandri

AVIS BD: GINTAMA - HIDEAKI SORACHI

J'ai entendu la sortie du derniers chapitre pour pouvoir enfin partager tous l'amour que je porte à cette série. Gintama, que j'ai dans un premier temps connu fin 2006 avec son adaptation animé, que j'ai suivit via les traductions de fan et que j'ai conseillé à mes potes dans la foulé. Mes amis et moi adorions cet animé, que je suivait en parallèle via les scans et quelques achats de tomes. Puis l'adaptation animé a dû s'arrêter avec un film que je considère encore aujourd'hui comme étant le meilleurs film adapté d'un manga. (J'avais d'ailleurs fait une critique à l'époque, juste ici : https://www.senscritique.com/film/Final_Gintama_The_Movie/critique/33763168)

Aujourd'hui je viens vous parler de Gintama dans son ensemble, ce sera donc une critique de la version originale en manga et de son adaptation anime. J'ai grandi avec ce manga, certain ont eu Dragon Ball, d'autres One Piece, Naruto, et les futurs générations auront d'autres succès du Jump comme références... Mais mon manga culte est vraiment Gintama, je viens donc ici vous livrer une analyse mais je viens aussi refermer une page de ma vie. Un manga apparut dans le jump, à la fin des années 2003 et qui c'est démarqué du reste des publications assez rapidement. Pourtant, Gintama était tombé en plein age d'or du Jump ! La concurrence était rude et arriver à maintenir un manga principalement humoristique au milieu de tous ça c'était tous simplement impossible.


J'ai connu cette licence en jouant au jeu DS Jump Ultimate Star, ou l'on pouvait retrouver plein de personnages du Jump. Et j'avais du coup connu beaucoup de petites pépites inconnu au bataillon, qui on fini par disparaître... Mais Gintama, lui était resté... Avec son côté graphique qui sentait le débutant en dessin, son histoire qui commençait avec un contexte assez étrange et ce découpage assez bordélique dans les débuts. Gintama était une vrai erreur dans la matrix, comment une telle œuvre ne c'est telle pas terminé prématurément ? Je me rappelle avoir moi même eu du mal avec les débuts. Ouai, c'était rigolo, mais pas de quoi péter un plomb non plus quoi... Si mes souvenir sont bons, j'ai vraiment accroché après une quinzaine d'épisode.

Mais alors pourquoi j'ai fini par accroché ? Pourquoi après tant d'année je peux dire haut et fort « Gintama est mon manga préféré »... Je pense sans hésiter que c'est dans un premier temps à grâce à Sakata Gintoki, le personnage principal. Son air désintéressé, ça mentalité feignante, son regarde endormie et surtout ça personnalité... J'ai honte de le dire, mais ce raté sans ambition a vraiment été mon héros. Il m'a beaucoup fait rire, certes, mais il incarne une vision dans laquelle je me reconnaît totalement. J'aurai du suivre les enseignements de héros vaillant, avec de grandes ambitions... Je suis un grand enfant avec des rêves immenses que j'espère atteindre un jour et malgré tous, ce personnage qui souhaite juste vivre simplement ma tous simplement fasciné. D'ailleurs le manga s'en moque souvent, il n'a pas de technique de combat spéciale, il n'a pas de pouvoir et il n'a aucun rêve et aucun but. Ce qui n'en fais pas pourtant un personnage plat, loin de là, il est peut être même bien plus profond que la plus part des personnages du Jump.




Au début, on nous présente Gintoki par les yeux d'un autre personnage, bien plus fade, qui finira par prendre Gintoki pour maître. Je pense que c'était vraiment la meilleure façon d'introduire un tel personnage... Il est ridicule, irrespectueux et irresponsable... Par moment. Car lors de certain passage et d'arc sérieux il nous dévoile une facette plus shonen avec quelques subtilité en plus. Je pense qu'il faut le voir pour le croire... C'est un parfais mélange entre un jeune je-m'en-foutiste et un héros courageux avec des valeurs. Un homme qui va de petit boulot en petit boulot avec ces amis, dans son quartier et qui est heureux avec quelque chose d'aussi simple.

Son quartier justement parlons-en... L'un de mes meilleurs potes m'avait dit au début du manga que Gintama c'était un manga sans thème, ou du moins, c'est un manga de « quartier ». Et j'aurai du mal à définir la chose autrement que comme ça. Kabukicho le quartier d'Edo où se situera l'action va nous présenter des tonnes de personnages haut en couleur. Car oui, j'ai fait deux paragraphe sur ce chers Gintoko, mais tous les fans savent bien de qui je veux parler... Katsura, Kondo, Otose, Sougo, Madao, Elizabeth, Hijikata, Tae, Sarutobi, Yamazaki, Kagura, Shinpachi, et j'en oublie !... Ce quartier c'est un ramassis d’énergumène et de personnalité fantastiques... Je pourrais vous citer une dizaine de moment cultissime avec chaque nom cité plus haut. C'est un réel plaisir de vivre cette aventure au côté de personnages si charismatiques. En revoir certain lors de certains arcs, sérieux, ou drôle, c'est comme revoir un bon ami et on se langui déjà de savoir se qu'ils vont bien pouvoir amener à ce coktail explosif. Mention Spéciale pour Katsura, le leader d'un groupe terroriste, ancien camarade de guerre de Gintoki qui m'aura vraiment fait mourir de rire à de multiple reprise.

Vous savez quoi ? Juste pour ces personnages Gintama mériterai un 10/10 et j'ai du mal à trop vous en dire, il faut que je vous laisse découvrir...




Par contre se qui risque de passer un peu plus difficilement c'est bien l'univers... En effet, Gintama se déroule en pleine uchronie... Il s'agit d'un manga de Science fiction, ou à l'ère des Samurai, les gouvernements extra-terrestre sont arrivés sur terre pour ouvrir les fédérations galactiques à de nouvelles espèces... Il y a eu une guerre, que l'humanité à perdu, mais qui a fini par donner un mélange de Japon traditionnel-futuriste. Alors, le bon point déjà c'est que c'est assez simple à comprendre et assez simple à raconter. Puis ça ouvre les portes à tellement d'intrigues sérieuses et tellement de potentiel pour des gags... (Je dirai même qu'on pourrait trouver un parallèle avec ces époques ou le Japon avait du mal à ouvrir ces frontières) Néanmoins, l'univers reste vraiment très flou et l'aspect Science fiction on ne le ressent absolument pas... Je ne demandais pas à avoir plusieurs voyages galactiques, ni a être confronté à plusieurs technologies extra-terrestre, mais un minimum ça aurait pu être pas mal. Parmi les personnage récurant il n'y a qu'un seul « vrai » alien ! Et je dit bien « vrai » alien, car les 3 autres personnages extra-terrestre sont simplement des humains avec une grande force qui supportent mal le soleil. Pour certain ça peut paraître anecdotique, mais ça ne l'est pas du tous...

Car voyez-vous, le manga semble nous véhiculer quelques messages... Même si c'est a 75% un manga humoristique, avec du gags parfois bien gras et d'autres fois avec du cassage de quatrième mur... On nous apprend surtout à accepter son prochain et à vivre avec. Ce qui est un message que je comprend totalement et auquel j’adhère. D'ailleurs pour les plus à droite d'entre-nous sachez qui est aussi questions de conservation de patrimoine. Donc tous est bien dans le meilleur des mondes ? Non... Malheureusement, j'ai peur qu'avec une action se passant 99% du temps au Japon et la présence de si peu d'alien, au chara-design si peu inspiré, nous montre un côté un peu trop bâclé... Voir chauvin...





En effet... Vous en avez pas marre que les Avengers sauvent la terre, seulement au états-unis ? Vous aviez remarqué que tous les grosses attaques de monstres se situes principalement à New York ? Parce que dans Gintama c'est pareil, mais à Edo... Si la terre est en danger, sachez que seul le Japon est concerné... Et cette vision un peu trop centré ma quand même pas mal dérangé. On prône une ouverture d'esprit mais on est pas capable d'en montrer dans son œuvre ? Ok, on a quelques blagues, sur Obama, Donald Trump, les Français, ect... Mais c'est vraiment 5 ou 6 gags dans toute l'oeuvre. Notez en plus que les codes vestimentaires intergalactiques sont identiques aux bons vieux kimonos et habits guerriers du Japon féodal, vous allez ressentir qu'il y a un gros manque d'inspiration...

Ce qui est bien dommage, mais compréhensible... Car même si l'anime a eu un arrêt et une reprise quelques années plus tard, le manga a continué à un rythme effréné. Gintama c'est quand même 704 Chapitres !... Si vous voulez une comparaison One piece a commencé en 1997 et compte 950 chapitres à ce jours... Hideaki Sorachi a donc accomplit un vrai travail de titan depuis plus de quinze ans, sur le même manga. Je ne cherche pas à l'excuser lui, ou ces éditeurs, mais avec une telle implication c'est plus que compréhensible que son manga souffre pas mal en terme d'univers et de chara-design... Parce que au delà de ça, l'auteur fait preuve d'un tallent plus de certain pour l'humour... Oh, oui l'humour... Je n'ai jamais autant rie devant un manga et ça ne c'est jamais essoufflé. On a bien sur les moments classiques de ce genre de mangas, par exemple, les héros à la plage, les héros au ski, les héros dans l'espace, ect... Mais il se réinvente à chaque fois, à chaque fois il se passe quelque chose de fou et j'aurai du mal à faire un top 5 de mes arcs préférés tellement que j'ai eu des fous rires à divers endroit... Exemple : La police, qui est une sorte de « clan rival » à nos héros vont se retrouver à faire la queue pour avoir la nouvelle console de Nintendo. Mais les places sont limités et ils sont en concurrences avec nos héros !... Ils vont donc s'affronter dans une sorte de Dragon quest et d'autres jeux, qu'ils vont bien sur parodier et démonter point par point. Croyez-moi, l'auteur a une créativité folle et pas une seule fois je me suis dit « tiens, il est en baisse de régime là »... ça doit vraiment être le genre de mec qui a un carnet de blague sur lui toute la journée c'est pas possible.

J'ai trouvé que la créativité de l'auteur était tellement surhumaine en terme d'humour que lorsque le manga a faillit se terminer, mais que l'auteur et le Jump on quand même un peu poussé plus loin... Je me suis dit que vraiment il ne va avoir aucune pane d'inspiration quoi... On fini 704 chapitres en se disant que vraiment, il en avait encore sous son chapeau et rien que pour ça, Hideaki Sorachi aura mon respect éternel.

Vous vous demandez sûrement, de quel type de blague est composé Gintama... On a vraiment une variété folle, on a du gag de situation, du récurant, de la parodie, du trash, du visuel, des chutes d'épisodes rocambolesques, du cassage de quatrième mur et surtout du gag référencé ! Bref... ça vient de tous les côtés, si vous n'êtes pas prêt, c'est fou rire garantit...


Mais revenons sur les références... Car Gintama en regorge... à tel point qu'on peut dire que certain arcs sont des parodies entières de certaines œuvres. Mais se que je trouve génial avec Gintama c'est que les personnes n'ayant pas les références ne sont pas laissés sur le carreau... On a toujours l’acolyte du héros pour souligner une blague, afin d'en faire saisir les grandes lignes pour tous le monde. Ou on a aussi tous les autres types de gags qui sont utilisés pour mieux faire passer la pillule... Et pour celles et ceux qui ont une bonne culture manga et un peu la culture Geek... Vous allez être récompensé à coup de blagues plus cultes les unes que les autres. Parfois Gintama c'est un peu du South Park à la Japonaise, car ça se moque de phénomène de société, ça anticipe et c'est trash. Alors qu'à d'autres moments on se surprend à avoir une blague sur les MMORPG, suivit d'un délire qui va durer tous un épisode. Ou encore, on a l’œuvre qui se moque de ces propres défauts, en revenant avec humour sur le fait que les personnages n'ont pas de « coups spéciaux » et que du coup Bandai Namco ne peut pas adapter Gintama en un jeu vidéo de baston insipide... Bref... Gintama est très drôle, il s'agit d'ailleurs du manga le plus drôle existant et avec ces milliards d'épisodes au compteur vous en aurez pour votre argent croyez-moi.

Mais ce n'est pas que ça... Passer un certain moment, on nous introduit à quelque chose de bien plus sérieux... On voyez déjà que quelques passages semblaient plus sérieux que le reste, mais c'était souvent anecdotique. Vous allez vous retrouver face à des intrigues politiques simples, des conflits d'idéologies, des méchants récurant et surtout des affrontements d'une rare intensités. Les débuts de l'adaptation anime on un poil trop vieillit à ce propos, mais ils finissent par nous livrer des combats dantesques. (Pour ceux qui savent de quoi je parle... L'affrontement contre le roi de la nuit... Au milieu du manga, rappelez-vous) Du côté de la version papier, elle bénéficie d'un découpage et d'une mise en scène parfaite ! Oui, j'ai bien dit le mot parfaite, car se sont des combats bien plus visuel que des combats « discutions » et arriver à mettre en scène des feintes, des changements de gardes et des retournements de situations pareil c'est vraiment du génie. Les derniers épisodes rendent tellement bien hommage à l’œuvre original, mais je continue de préférer la version papier sur ce point.

On pourrait croire que ces passages sérieux arrivent comme des cheveux sur la soupe mais non. Avec le contexte dans lequel est l'univers, ces affrontements sont légitimes et ils s’intègrent tellement bien au manga, que je connais quelques personnes qui ont fini par laisser tomber tous les épisodes humoristiques pour se concentrer seulement sur les passages sérieux.

Profitons pour faire une brève comparaison des formats :

La version papier, qui est l’œuvre originale, souffre peut être au niveau des dessins lors des 8 premiers tomes. L'auteur a un style qui mélange beaucoup de manga, on voit bien que c'était un grand fan de shonen à la base, car il a fait un mix entre toutes ces œuvres pour nous pondre son propres style, qu'il pourra un peu plus affirmer passer la dizaine de volume. On peut aussi se plaindre de certaine page avec beaucoup trop de texte, mais personnellement ça ne m'a pas dérangé. Au delà de ça, c'est peut être mon format favori, car en quelques pages j'arrive à avoir ma dose d'humour et/ou d'action, c'est super bien mis en scène et ça me permet de me replongé dans les débuts de l'histoire sans souffrir du format des premiers épisodes.

La version anime souffre principalement de ces débuts qui ont très mal vieillit. Présenté dans un format 4/3 avec une grosse économie sur les animations... Les auteurs se moque du manque de budget dans la série, se qui aide à faire passer la pilule mais pas complètement. C'est vraiment dommage car il faut peut être s'accrocher aujourd'hui pour commencer Gintama en anime. Fort heureusement ils ont mis un point d'honneur à nous réussir les combats et passer à certain point les épisodes devient d'une qualité plus que correct. Mais rassurer vous... L'anime a quand même un petit truc en plus, qui fait que j'ai tendance à le conseiller lui, plutôt que la version papier pour ceux qui veulent s'y mettre... Une OST diabolique ! Prenez les OST et franchement le ¾ des musiques sont folles... Y'a rien d'autres à dire... Sans compter les Opening et Ending qui trônent dans ma playlist et qui sont souvent au sommet de top sur youtube.

#



Si je dois vraiment tirer une leçon de Gintama... être un peu plus tolérant ? Éviter de se mettre trop de pression ? Accepter se qui nous est étranger et essayer de vivre avec, sans pour autant perdre ces origines ? J'aurai déjà bien du mal à en choisir une... Je pense au fait que l'auteur de Gintama Hideaki Sorachi et l'auteur d'un manga que je déteste au plus haut point, à savoir Tite Kubo, l'auteur de Bleach sont de très bons amis. Donc plusieurs gags sur Bleach sont dans Gintama... Peut-être que je devrait retenir la leçon d'être un peu plus tolérant.

Je tiens d'ailleurs à souligner l’immense travail des équipes de traductions, qui proposaient des traductions toujours excellentes et des astérisques de grandes qualités qui expliquaient tous les gags référencés. Voilà aussi pourquoi je préfère conseiller à quelqu'un la version anime, pour qu'il puisse saisir la totalité des blagues et se rendre compte du génie de cet auteur.

Comme peut de gens lisent toutes ces tartines de textes je me permet de vous faire un classique + et – pour que tous le monde puisse bien avoir les choses en tête :

*Les plus :

  • Le personnage principal... ça psychologie, son histoire et se qu'il dégage en général...

  • Une multitude de personnage plus cultes les uns que les autres... On est limite déçu quand notre chouchou n’apparaît pas depuis un moment.

  • De l'humour omniprésent ! Très varié, avec beaucoup de références qui ne laissent pas les non initiés sur le carreau.

  • Des combats dantesques, avec une mise en scène magistrale du côté de la version papier et des animations magnifiques du côté anime.

  • Une petite morale sur le vivre ensemble plane au tour de ce joyeux bordel.

  • Une fin correcte, qui a su me toucher.

Les moins :

  • Un univers qui aurait mérité d'être bien plus poussé... On se croirai pas du tout dans de la science fiction tellement qu'on ne vois jamais d'Alien.

  • Des personnages qui se trouvent être importants, mais qui n'ont eu que quelques apparitions il y a très longtemps dans le récit.

  • Le format papier qui a un style de dessin qui semble trop débutant dans les premiers tomes.

  • Les débuts de l'anime en format 4/3 qui rendent le démarrage de la série un peu plus laborieux. Un chara-design globalement très mauvais, soit tous le monde est habillé pareil, soit se sont des vêtements et des corps trop sobres.*


Malgré ces défauts, Gintama est et restera certainement mon manga préféré. J'ai grandit et donc appris avec les aventures de Sakata Gintoki et de tous ces amis. C'est une page qui ce tourne dans l'histoire du Jump, car Gintama est resté un gros succès pendant plus de quinze ans, avec ces 704 chapitres... Et c'est aussi une page qui se tourne dans ma vie, je n'aurais plus droit aux nouveaux gags, aux nouveaux affrontements et à ces petits instants de vie dans le quartier de Kabuki.

J'ose conseiller Gintama à tous ceux qui aiment les mangas. Car cette histoire commence en nous présentant un contexte historique rocambolesque, avec une multitude de blague bien senti pour bifurquer quelque fois sur des combats de qualité. Que demande le peuple. Ne vous focalisez pas sur les défauts que j'ai citer plus haut, parce que honnêtement, j'ai chipoté à fond. Il me fallait trouver des point négatif et après avoir pu vu et lu, plusieurs fois Gintama, j'ai largement eu le temps de réfléchir à certaines choses qui ne sauterai pas aux yeux des premiers spectateurs.

C'est une œuvre généreuse d'un auteur de grand tallent, qui aura vraiment marqué son époque. Bien que se soit trop peu connu en France, Gintama a tellement déchaîné les passion qu'il a pu perduré pendant très longtemps, donner naissance à une adaptation anime de très bonne facture, de deux films d'animations (et d'un troisième en préparation) et de deux films lives...

Mais laissons son auteur se reposer, après ces nombreuses années de fier service. Je pourrais toujours rêver de ce quotidien déganté dans lequel vivent tous ces protagonistes et c'est mieux de finir sur une note qui nous signifie que leurs vies continues, comme elle nous a été présenté jusqu'ici. Maintenant, si tu te prêtent connaisseur/seuse en manga, Gintama est l'oeuvre qu'il te faut connaître. Car même si elle reste accessible pour qui aime bien se fendre la poire, elle sera d'autant plus gratifiante pour celles et ceux qui on un certain bagage culturel.

6 vues

06.12.35.50.99

assandri.pro@gmail.com

  • Facebook Social Icône
  • Sens Critique
  • Gazouillement
  • Instagram