Rechercher
  • Anthony Assandri

AVIS SÉRIE: SCISSOR SEVEN

Mis à jour : mai 26


Totalement inattendu! Scissor Seven est apparu sur Netflix et j’ai été directement attiré par cette oeuvre. Une série d’animation chinoise tellement décalé, qui fait vraiment plaisir à voir. Quand on parle d’animation chinoise on imagine souvent des choses au rabais, dans beaucoup de trailers on remarque des choses assez limité au niveau de l’histoire mais aussi techniquement… Ce qui est dommage, car la Chine a quand même sa propre culture et son propre folklore. J’ai toujours été frustré d’avoir profité de peu d’oeuvres chinoise et je ne pourrais plus le dire, car avec ce Scissor Seven j’ai été totalement conquis. Ici, ils assument le côté technique qui n’est pas au top. Ils s’en amusent et on en rit à gorge déployé! Tous ces moments ou graphiquement c’est le bordel, tous ces moments où les personnages ne sont que des traits tremblant, rendent finalement un travail plus qu’original. Sans compter qu’il y a beaucoup d’affrontement dans cette histoire et vous pouvez me croire, ils n’ont pas été avare en animation de qualité. Cette alternance entre le “lâcher prise” graphique et les animations de combats super bien géré ça rend l’oeuvre tellement organique, tellement vivante…


Je ne m’amuse jamais à Binge Watcher une série… En général, je regarde un ou deux épisodes à la suite, puis je m’ennuie, ou je suis fatigué… Mais ici j’ai vraiment eu du mal à décrocher. 14 épisode de 15 minutes finis en deux jours… C’est peut être rien pour vous, mais pour moi c’est énorme et très peu de série m’ont fait cet effet là. Puis je vais être honnête avec vous, cette oeuvre… J’aurai voulu la faire moi même. Ils m’ont vraiment gratté dans le sens du poil. On a un concept simple, des personnages déjantés, ce qui va nous ouvrir des tonnes de possibilités scénaristique, plus folles les unes que les autres… Et enfin, vive Jackie Chan!… J’adore la baston et l’humour, donc si tu me sers un mélange des deux, je suis aux anges. Un grand penseur et philosophe du cinéma, du nom de Karim Debbache, a un jour appeler ce type d’affrontement une “Blaguarre”. (Blague - Bagarre… C’est bon vous suivez?) Croyez-moi, ici on nous sert de la Blaguarre de haute voltige. C’est des pouvoirs, des techniques ou des armes déjantés, au service d’une chorégraphie joyeusement violente. Je me revois tous ces combats, ou le rythme est brisé par un blague, pour repartir de plus belle sur des situations rocambolesque, pour enfin revenir sur de la grosse baston avec des techniques tirés par les cheveux… Un joyeux bordel, que j’ai apprécié, le sourire aux lèvres en me languissent d’avoir encore une autre dose de joyeux bordel. Cependant, tout n’est pas si beau… Je peu vous dire, qu’à trop vouloir faire les “foufou” avec son scénario et ces personnages, on arrive parfois par perdre en cohérence. C’est ce qui arrive à notre héros… On nous le présente comme un naze, crédule et empathique. Mais parfois ils sera très différents… Alors, le fait qu’il soit imprévisible sert à l’humour, néanmoins le personnage n’est pas tenu. Je veux bien que l’imprévisible soit une des bases de l’humour, mais si on est étonné et que ce n’est pas forcément logique, le gag perd de son intensité.


Enfin… J’aimerai dire que le premier épisode est symptomatique d’une histoire un peu trop décomplexé. Il aurait fallu pousser le curseur sur quelque chose de plus “soft”. On a un personnage qui nous présente les bases de l’univers et les pouvoirs de notre héros, d’une façon tellement peu naturelle… “Alors bonjours, on vit dans un monde ou politiquement ça se passe comme ça… Puis regarde je t’ai créer une balle de fumé qui te permet de te transformer… Tiens tu vas monter dans le classement des tueurs à gages...ect...” Le peu d’éléments scénaristiques nous sont dévoilés avec si peu de fluidité que ça peut rendre le visionnage assez difficile pour quelques spectateurs/trices. Mais rassurez-vous ces défauts, si vous les constatez vous aussi, n'entacheront que très peu le plaisir que cette série a à vous offrir. Les personnages sont très attachant et on prend plaisir à les revoir, les situations sont toujours très originales et… Juste, ce concept de tueur à gage qui se bats avec des ciseaux et qui camoufle son activité en étant coiffeur, avec ces amis poulets/mutants… Il fallait y penser quand même. C’est bête, parce que ça ouvre la porte vers une multitude de blague et de situations folles…


J’aimerai terminer, en précisant que le fait d’avoir une série humoristique de ce type c’est très rare et c’est très important. Car cette oeuvre vie en nous, même quand on en la regarde pas. Je m’explique … Il suffit d’avoir un peu d’imagination et avec ce concept, on peut nous aussi s’amuser à imaginer des situations folles et des affrontements dingues. En tous cas c’est ce que je fais et je serais très curieux d’avoir d’autres saisons, d’avoir même une adaptation en BD, car j’ai été totalement conquis par cette série. Si vous n’aimez pas les dessins animés, les mangas, ou même les séries d’une manière plus générale… Je vous invite quand même à faire l’effort de vous intéresser à Scissor Seven, au moins pour son originalité. Par moment on retrouve l’humour d’un Shaolin Soccer, ou l’attitude décomplexé d’un Jackie Chan et juste pour ces choses là, j’invite un maximum de personne à s’essayer à cette série.


2 vues

06.12.35.50.99

assandri.pro@gmail.com

  • Facebook Social Icône
  • Sens Critique
  • Gazouillement
  • Instagram